Pekshev Mikhail Ivanovich (1918-...)

La mémoire des grandes époques, des événements dramatiques et des exploits héroïques est préservée à ce jour grâce aux écrivains et aux artistes. Nous nous souvenons. Ce souvenir, le mérite de ceux auxquels nous ne pensons même pas parfois. Élever les morts des tombes est un travail insupportable d'écrivains, pour lequel nous leur sommes reconnaissants. Alexander Yakovlevich Wolf a conservé la mémoire des héros qui ont combattu le fascisme loin de leur patrie. Son essai « Dans un pays étranger » est consacré aux partisans qui ont versé leur sang. Mikhail Ivanovich Pekshev est l'un de ceux qui ont donné leur vie dans la lutte pour la liberté, contre le du fascisme. Son exploit n'est connu que grâce à Alexander Yakovlevich.

Mikhailo, comme l'appelaient ses camarades, n'avait pas encore dix-neuf ans (il est né le 7 octobre 1918), lorsqu’il s'est engagé comme volontaire dans l'Armée Rouge: les combats ont commencé sur Hassan. Il a ensuite été envoyé en Mongolie, a combattu à Khalkhin-Gol, où il a été blessé une première fois. Démobilisé, il est rentré chez lui, à Stalingrad, mais il a été rattrapé par un nouveau conflit, La Grande Guerre patriotique. Il a d'abord combattu en Ukraine, puis à Stalingrad. En traversant un champ de mines, un des soldats du peloton, de Mikhail Ivanovich a marché sur une mine, l'explosion a touché Mikhail. Il a été trouvé par les allemands et capturé.

Comment savoir exactement comment Mikhail Ivanovich est arrivé sur le territoire belge ? On ne peut qu'imaginer le chemin parcouru avant de devenir partisan :  plusieurs camps de concentration, tentatives d'évasion, volonté de fer et désir de s'échapper, de continuer lle combat.

Dans le détachement de partisans «Brigade pour la Patrie», tout le monde respectait mikhailo. Bien qu'il fût jeune, le militaire, qui s'est montré dans les conditions de combat les plus difficiles, a été nommé commandant du troisième détachement. Le commandant du détachement a toujours cru qu'il n'était pas assez zélé, que d'autres détachements menaient plus d'opérations de combat, mais en fait, son détachement a toujours mené opération après opération, a agi rapidement et courageusement. Le commandant a donné l'exemple à ses pupilles, son détachement était le plus courageux. Dans les situations les plus dangereuses, ils ont fait preuve de courage et de dextérité mentale. Dans la Brigade, Mikhail Ivanovich était connu pour être sévère et sévère, beaucoup pensaient même que le commandant du troisième détachement était rassis. Mais seul son ami, Grigory stankevich, savait que son commandant était un poète. Quand Mikhail a pu trouver un moment, il s'est assis, a sorti un cahier et a écrit des poèmes sur sa jeunesse sur la patrie. Grigory aimait beaucoup les poèmes de Pekshev, ils lui rappelaient sa maison natale.

 

Mikhail a toujours été déchiré dans la bataille, mais il a compris qu'il fallait agir avec prudence. Toutes les opérations ont été soigneusement conçues. Lorsque les allemands de Kinroy ont transféré la compagnie, il ne restait plus qu'un poste de surveillance aérienne et un poste frontière à Kinroy. Le commandant du troisième détachement a rencontré le commandant d'un groupe de partisans néerlandais dans le village frontalier de Krajel et a convenu d'une action commune. Plus tard, après avoir consulté le commandant du détachement de partisans de la Brigade pour la Patrie, Konstantin shukshin, Mikhail a décidé de mener une reconnaissance. Il a pris avec lui quelques soldats et est allé à Krael, où ils sont allés à Ivan Dyadkin, mais une embuscade a été organisée dans la maison. L'emplacement d'Ivan Dyadkin, également connu en Belgique sous le nom de Jan Boss, a été découvert par les allemands lors d'une opération visant à fouiller les villages et les forêts afin de retrouver les partisans. Tout le monde sauf Pekshev est mort, il a été pris vivant. Dans le détachement, Grégoire a raconté comment leur camarade était stoïquement resté dans les cachots de la Gestapo, ni la douleur ni les tortures ne l'ont brisé. Sous ses yeux, Pekshev a été enterré vivant dans le sol, en ce moment terrible, il a perdu un ami, un camarade, un combattant, un commandant. Mais la guerre a continué et les partisans ont rendu coup pour  coup aux fascistes.

Le commandant du troisième détachement restera à jamais dans le cœur de ses amis et de ceux qui se souviennent de son exploit. Sa lutte, sa douleur, sa force et sa victoire ne seront pas oubliées.

Auteur Volkov D. A., étudiant de l'Institut des Relations Internationales et des Sciences Sociales et Politiques (OMI et SPN), Université Linguistique d'état de Moscou (MGLU).

Source : Abram Wolf , « Dans un pays étranger »,  1962 (Вольф А.Я. «В чужой стране». –  Саратов: Саратовское книжное издательство, 1962 г).