Ivan Aleksandrovich Kulkov (1923-1943)

Ivan Kulkov est né à Doubovy-Umiot en 1923 dans une famille d’agriculteurs de la province de Samara. La fin de sa scolarité coïncida avec le début de la Seconde Guerre mondiale. Il est enrôlé en mars 1942 et fait son instruction dans la section des mitrailleurs-tireurs de la Force aérienne. En 1943, sa promotion est transférée vers la région de Stalingrad, où il est porté disparu en juin.

En fait, I. A. Kulkov n’avait pas été tué mais capturé. Après avoir été déporté dans divers camps, il se retrouve aux travaux forcés dans une carrière de pierre de la région liégeoise. Il y fait deux tentatives d’évasion et fut cruellement passé à tabac après la deuxième. En captivité, Dmitri Dremliuk, le prend sous son aile. Ils réussirent ensemble la troisième évasion en sautant dans un train de marchandises à Coo, dans les Ardennes. Ils remontent le convoi jusqu’à la cabine du conducteur Joseph Piron, dont le fils faisait partie de la Résistance. La Gestapo a commencé à chercher  Ivan et Dmitri  et a annoncé une importante  récompense pour leur capture. Pendant quelques jours Martin Joseph a caché chez lui les fugitifs et ensuite il les a aidés à contacter les partisans.

Ils se retrouvent ainsi dans une des brigades dirigées par Jean-François Collard. Son détachement a réuni une vingtaine de prisonniers de guerre soviétiques, alors Ivan a  rencontré son compatriote, Alexei Devyatkin, un ancien mécanicien du District voisin de Bezenchuk, de la région de Samara. Dans une autre région des Ardennes, le détachement d'Evgeni Dotsenko a également combattu à leurs côtés. Même les partisans aguerriss admiraient le courage et la détermination d'Ivan Kulkov face à l'ennemi. Le 9 décembre 1943, le groupe de Résistants auquel appartenait Ivan Kulkov, Dmitri Dremliuk et le Belge Joseph Piron fait sauter un pont de chemin de fer. Le groupe tombe ensuite dans une embuscade lors d’une réunion chez un policier. Ivan Koulkov est mortellement blessé. Son camarade Charlie et Dmitri Dremluk ont réussi à le sortir de la maison et le transporter chez le médecin Clesse qui soignait les résistants. Malheureusement il n’a pas su  sauver Ivan. Il avait à peine 20 ans quand il est mort.

Il repose au cimetière communal de Trois-Ponts. Sur la tombe il y a un monument qui represente une stèle en pierre avec une étoile de l’Armée rouge gravée dessus et une l’inscription en français. L’épitaphe est reproduite en russe sur une dalle en pierre posée sur la tombe. Elle a été rénové en 2021.

La tombe de Kulkov à Trois-Ponts est toujours entretenue par le fils de Joseph Piron qui se prénomme également Joseph et qui vient tous les ans pour honorer sa mémoire.

Dmitri Dremluk a fait tout son possible pour faire perpétuer la mémoire de son ami. Il a retrouvé sa mère Anna Gavrilovna et lui a raconté tous les détails de la vie de son fils en Belgique et les circonstances de sa mort héroïque.

Dans son village natal, Dubovy Umet, une école secondaire porte le nom d’Ivan Kulkov et une plaque commémorative a été apposée sur la façade de sa maison.